Je lis à l’instant une interview d’André Comte-Sponville à propos de son livre Le sexe ni la mort que je ne connais par ailleurs pas. L’auteur classifie l’amour en trois types :

Le premier, Eros, qui est cette phase de la passion, de la jouissance, du manque dévorant de l’autre. Le deuxième, philia, est la joie d’aimer et d’être aimé dans la durée, la tendresse, l’amitié. Ce que Montaigne appelle joliment « l’amitié maritale ». Puis, le troisième type d’amour, agapè, ou l’amour de son prochain. Nos histoires d’amour évoluent entre ces trois pôles et y empruntent une partie de leurs forces ou de leurs faiblesses.

Le concept de ces différentes voies successives ou parfois simultanées n’est pas nouveau. Combien de fois ai-je pu lire que « l’amour-passion » ne dure qu’un temps, que les unions se scindaient souvent à la fin de cette période, faute d’accepter que l’amour puisse exister sous une autre forme. Nous pouvons en faire l’expérience… ou pas : c’est ainsi que mon mari estime se trouver dans le même type d’amour passionnel qu’auparavant, alors que je me suis, je pense, dès le départ située avec lui dans une phase plus proche de la philia…

 

Mais j’en reviens à cette classification.  Le magazine L’Essentiel – Cerveau & Psycho n°3 d’août-octrobre 2010 était consacré au thème « Cerveau, amour et désir » et comprenait, p.12 une autre classification amoureuse que je vous cite :

Sur la base de la classification de 1973 du sociologue américain John Allan Lee, on distingue six « couleurs » de l’amour :

Eros (romantique) (sic !) : dans une relation amoureuse, je me sens immédiatement excité(e) par ma (mon) partenaire et attiré(e) sexuellement.
Ludus (ludique) : dans une relation amoureuse, je veux séduire ma (mon) partenaire, sans me lier durablement à elle (lui).
Storge (amical) : dans une relation amoureuse, les intérêts et les activités que j’ai en commun avec ma (mon) partenaire sont pour moi ce qu’il y a de plus important.
Pragma (pragmatique) :dans une relation amoureuse, ma (mon) partenaire me permet de financer un logement plus grand ou de fonder une famille.
Mania (possessif) : dans une relation amoureuse, ma (mon) partenaire doit m’appartenir de manière exclusive, faute de quoi je réagis par la jalousie.

Agape (altruiste) : dans une relation amoureuse, le bien-être et les besoins de ma (mon) partenaire sont ce qu’il y a de plus important pour moi, et je lui suis très dévoué(e).