Couleurs pop pour une couverture qui met de bonne humeur. L’auteur de la bd, Colleen Coover, l’écrit en introduction : « les jolies filles rendent les gens heureux ! » Elle peuple donc sa bande dessinée de jolies filles, avec en tout premier lieu, le personnage d’Annie qui se masturbe continuellement et Nibbil, envoyée pour devenir la conscience d’Annie mais qui cède vite à l’appel du sexe.
Nibbil, pas plus grande qu’une main, a la faculté de grandir et en profite pour admonester Annie à coup de gode-ceinture. Les deux amies ne pensent qu’à baiser, les courtes histoires se succèdent donc, variations autour de ce désir sexuel que les jeunes femmes partagent.Publiée à l’origine aux États-Unis sous la forme de sept fascicules nommés « girly porno comic books », cette bande dessinée non colorisée comprend des bonus : croquis, courte bd en allemand, planches supplémentaires…L’originalité de Small Favors tient en son sujet, la sexualité lesbienne, traité par une femme. Malheureusement, les scénarios imaginés sont réduits a minima, le sexe ne peut être considéré à lui seul comme un sujet de narration…Small Favors, la bd des filles qui aiment les filles, Colleen Coover, éd. La Musardine, 17,90€

_____

Je suis déçue, malheureusement, par cette bande dessinée. J’attendais des histoires construites et un dessin plus travaillé. Dommage !

La bd Small Favors est sortie le 19 janvier dernier.

_____

Présentation de l’éditeur :

Small Favorsest un « Girly porno comic book » (c’est le slogan qui orne le livre dans son pays d’origine), c’est-à-dire une bande dessinée porno pour filles qui est à la fois explicite et joyeuse. Explicite : la langue est crue ou simplement ordinaire ; quand les protagonistes passent à l’action, elles nomment un chat, un chat et un gode, un gode. Joyeuse : l’ambiance qui y règne est bon enfant ; même si les scènes évoquent torture et sado-masochisme, il ne s’agit que de jeux sexuels où les coups de badine et les fessées donnent au plus du plaisir à la pelle. Et puis, il faut ajouter que le dessin de Colleen Coover est tout sauf réaliste. Son trait, une ligne claire ronde et accueillante, à la fois enfantin et adulte, rappelle aussi bien les bandes dessinées américaines de la série Archie que celles des frères Hernandez. Le style de Coover ne peut que plaire aux lecteurs européens, bercés depuis leur plus jeune âge dans ce style graphique, qui trempe l’humour et les choses de la vie dans la même marmite.

La première BD lesbienne porno Small Favors est aussi une première. C’est la première bande dessinée porno lesbienne de cette ampleur imaginée, écrite, conçue et réalisée par une femme. Elle a paru chez Eros Comix aux États-Unis, sous formes de 7 comics books, à partir de 2001. La présente édition française compile deux romans graphiques (graphic novels) publiés chez cet éditeur en 2002 et en 2004. Nous avons tenu à conserver la forme des romans graphiques d’origine, les couvertures très hype, très modernes, les présentations intérieures découpés en faisant suivre les sept fascicules de comic books et offrant également aux lecteurs des bonus amusants – comme des publicités franchement libidineuses. Précisons que la narration est formée de récits courts, d’épisodes divers en quelque sorte, qui se lisent comme une histoire à suivre.

De quoi parle cette bande dessinée ? Les héroïnes, sont des filles, âgés de plus de 20 ans, et juste des filles, qui parlent de sexe, de sexe et de sexe, et qui le mettent en pratique. Elles se masturbent, souvent, et se touchent entre elles, très souvent aussi, à deux ou à cinq – comme c’est le cas dans la deuxième partie du livre. Small Favors est clairement un hymne à l’amour des femmes pour les femmes, au sexe entre femmes et à l’homosexualité féminine. Tout commence quand Annie, qui passe son temps à lorgner sa voisine en se frottant le clitoris, tombe dans le terrier de sa conscience. Accueillie vertement par la Reine de sa conscience, cette dernière la réprimande et lui adjoint une gardienne lilliputienne, Nibbil, chargée de ramener Annie dans le droit chemin, celui de la vertu. De retour sur terre, la lilliputienne montre qu’elle sait aussi atteindre une taille humaine et que ses différentes changements de taille ne font que servir la passion irrésistible qu’Annie éprouve pour les filles et le sexe. Annie et Nibbil vont ainsi se découvrir un amour véritable. Dans le second livre de Small Favors, Annie et Nibbil vont rencontrer Sage, une autre fille qui, comme Annie, avait du mal à avouer en public son goût pour les femmes et son homosexualité. Et puis les derniers épisodes mettent en scène une fête costumée organisée par Yukiko, la fameuse voisine sur laquelle Annie a tant fantasmé.

_____