La jeune orpheline Blanche Épiphanie et son éternel protecteur Défendar, se trouvent, suite aux multiples aventures qu’ils ont vécues dans le tome précédent, en pleine mer. Qui les secoure ? L’horrible banquier Adolphus qui poursuit l’innocente Blanche de ses assiduités depuis le premier tome de ses aventures. Sa maîtresse, Morena, l’accompagne. Cette « croisière infernale » se termine par un naufrage, les passagers sont recueillis par un navire de réfugiés en partance pour New-York. Et voici Blanche confrontée à de nouveaux dangers, traquée dans les rues sombres de la ville où pègre et miséreux veulent abuser d’elle…

Les aventures de Blanche sont rocambolesques. Défendar, affublé de sa tenue de super-héros mais toujours aussi malhabile, est fréquemment emprisonné. Il ne peut donc sauver la jeune fille et quelques personnages prennent alors le relai : le capitaine du navire qui n’est autre que… – mais ce serait gâcher la surprise de dévoiler son identité!- et un providentiel mais suspect prestidigitateur italien. Blanche, constamment kidnappée, dévoile de manière récurrente, mais toujours fort malencontreusement bien entendu, ses charmes.

Le deuxième tome de l’intégrale Blanche Épiphanie réjouira les amateurs de bande dessinée érotique. Très soignée, cette intégrale propose une préface, article de Bernard Pivot publié dans le magazine Lire en 1977, « Blanche Épiphanie et Roland Barthes ». Elle se termine par un important dossier rédigé par Christian Marmonnier, « Ohé, Pauvrette, ne vois-tu rien venir ? » accompagné de de variantes de planches mais aussi de nombreux documents d’époque. S’y trouve notamment la lettre d’un lecteur de France-Soir outré par la publication de la bande dessinée : « mais vous n’avez pas honte », note-t-il dans ce courrier. Nous ? Non !

Blanche Épiphanie, intégrale tome 2 : La Croisière infernale suivi de Blanche à New York, Lob et Pichard, éditions La Musardine, 21 €

_____

Consulter quelques pages de la bande dessinée via la librairie La Musardine

Extrait :

Présentation de l’éditeur :

Quelque part au long de la Cinquième avenue une enfant frêle, dont la tenue trop modeste détone en ce haut lieu de l’élégance new-yorkaise, trottine à pas menus et apeurés. C’est Blanche Épiphanie, la petite fleur de France qui fuit, tel un oiseau craintif, le redoutable banquier Adolphus, qu’elle vient d’entrevoir dans le grand hôtel où le détective Nick Carter l’avait attirée…

Les tribulations de Blanche Épiphanie figurent parmi les aventures les plus rocambolesques du panthéon de la bande dessinée adulte. Au départ porteuse de chèques, la jeune et gironde Blanche parcourt le monde malgré elle tout en essayant de protéger sa vertu. Harcelée par l’ignoble banquier Adolphus et pléthore d’autres vilains personnages, jalousée par Morena, sauvée par Défendar, un justicier masqué et capé mais d’une incommensurable maladresse, on la retrouve dans l’Afrique et l’Amérique de la Belle Époque.

Les références au roman populaire et au film à épisodes sont légion.
Blanche Épiphanie a longtemps détonné les lecteurs de France-Soir et a même été chantée par Henri Salvador. Pour la première fois, cette oeuvre créée par deux maîtres incontestés du neuvième art est présentée sous la forme d’une intégrale en quatre volumes. Vous lirez des épisodes inédits en albums et découvrirez, dans le cadre de dossiers explicatifs, l’histoire de sa publication à travers des documents exceptionnels.