Le plaisir procuré par une anthologie provient d’une lecture par petites bouchées, au hasard des pages, au hasard d’une table des matières alléchante. Quelques pages de Sexus de Henri Miller, relire quelques classiques, un extrait de La Philosophie dans le boudoir, des 11 000 verges, relire quelques pages de livres contemporains, Le Manoir, Le Joyau… Mais aussi découvrir par échantillons choisis quelques vers, quelques lignes de livres jamais entrouverts.

Pour la deuxième année consécutive, les éditions Blanche, sous la direction de Franck Spengler, éditent une anthologie. Après la fellation, la jouissance. Thème si vaste que toute la littérature érotique pourrait y prendre place. Comment choisir, alors ? Dommage qu’ aucune introduction ne vienne raconter le choix, ce n’aurait pas été la lecture la moins intéressante…

J’y lis pour ma part une nette amélioration par rapport à la précédente anthologie que j’estimais bien trop axée sur les auteurs très récents de la maison d’édition elle-même. Bien sûr nous trouvons dans cette anthologie-même des extraits de ses publications en assez grand nombre, mais nous voyons ressurgir des livres de dix ans d’âge ou plus encore, que l’on aurait pu croire oubliés : cette anthologie leur octroie une lumière neuve. Deuxième défaut que je me souviens d’avoir précédemment constaté : une concentration dans le temps, avec en-dehors du XXe et du XXIe siècle qu’une rare excursion du côté du XIXe siècle. Dans cette Anthologie littéraire de la jouissance, Marot, Mirabeau, L’Arétin, Gautier, Sade, Verlaine ont une place, et ce n’est pas pour me déplaire.

Anthologie littéraire de la jouissance, éditions Blanche, 12,95€

_____

Présentation de l’éditeur (sur le site) :

La jouissance sexuelle a de tout temps fasciné les écrivains et sans doute, d’avoir été la plus décrite, la plus analysée.

 Plaisirs des sens, délires des corps, la jouissance est un instant propice à la création littéraire, bien au-delà du genre érotique comme le prouve le texte suivant de… Sainte Thérèse d’Avila :  Je voyais donc l’ange qui tenait à la main un long dard en or, dont l’extrémité en fer portait, je crois, un peu de feu. Il me semblait qu’il le plongeait parfois au travers de mon cœur et l’enfonçait jusqu’aux entrailles. En le retirant, on aurait dit que ce fer les emportait avec lui et me laissait tout entière embrasée d’un immense amour de Dieu. La douleur était si vive qu’elle me faisait pousser ces gémissements dont j’ai parlé. Mais la suavité causée par ce tourment incomparable est si excessive que l’âme ne peut en désirer la fin, ni se contenter de rien en dehors de Dieu. Ce n’est pas une souffrance corporelle. Elle est spirituelle. Le corps cependant ne laisse pas d’y participer quelque peu, et même beaucoup. C’est un échange d’amour si suave entre Dieu et l’âme, que je supplie le Seigneur de daigner dans sa bonté en favoriser ceux qui n’ajouteraient pas foi à ma parole. Les jours que durait cette faveur, j’étais comme hors de moi. J’aurais voulu ne rien voir et ne point parler, mais savourer mon tourment, car il était pour moi une gloire au-dessus de toutes les gloires d’ici-bas.   Les Extases

C’est à cette variété infinie de style et de traitements que vous convient les Éditions Blanche en sélectionnant les plus belles jouissances littéraires, les plus surprenantes, les plus étourdissantes.

Sous des plumes masculines ou féminines, ce recueil réalisé sous la direction littéraire de Franck Spengler rend hommage aux plaisirs, à tous les plaisirs pour notre plus grand bonheur.
Auteurs : Henry Miller, Sade, Françoise Rey, Guy de Maupassant, Alina Reyes, Andrea de Nerciat, Pierre Mac Orlan, Régine Deforges, Guillaume Apollinaire, Caroline Grim, Jacques Montfer, Alfred de Musset, Vanessa Duriès, Emmanuelle Poinger, Pierre Louÿs, Georges Bataille, Paul Verlaine, André-Pieyre de Mandiargues, Georges Bataille, Anaïs Nin, Emmanuelle Arsan, Jacques Serguine, Paul Verguin…

_____

Cette présentation est assez curieuse, puisque les noms d’auteurs ne correspondent pas nécessairement à ceux réellement cités dan s le volume. Pas d’Anaïs Nin, pas de Guy de Maupassant par exemple…

En librairie à partir du 22 mars 2012.