Il vit à Dublin et a fait parvenir au siège de la maison d’édition, par courrier traditionnel, une nouvelle nommée Q. Une présentation originale paraît-il, pour un titre qui ne l’était pas, mais un contenu très intéressant, dont j’ai pris connaissance une fois le texte envoyé par courriel.

Une lectrice a récemment adressé un avis de lecture à Jean-Philippe Ubernois, à propos de sa nouvelle Le Candauliste, écrivant que le texte était, je cite, « dépoussiérant ». J’ai envie de reprendre ce qualificatif à mon compte pour évoquer le texte de Jean Claude Thibaud, car il est hors de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent.

« Mais où va-t-il chercher une telle histoire ? », me suis-je demandé. Dans un imaginaire qui n’est pas prêt de se ranger, puisque l’auteur m’a adressé d’autres textes, L’Oiseau des pluies, une correspondance érotique entre deux femmes d’une qualité littéraire qui m’a impressionnée et tout récemment une nouvelle plus longue dont je ne peux encore rien dire, car, faute de temps, je n’en ai pas fini la lecture…

Jean Claude Thibaud est passionné de musique classique et de théâtre, il écrit depuis des années sans avoir jamais cherché à se faire publier. Q, renommé en La Résidante du palais, titre bien plus élégant, avec un petit côté énigmatique qui me plaît beaucoup, est une nouvelle qu’il avait écrite il y a fort longtemps. Celle-ci a été entièrement revue.  Ce qui aurait pu être des erreurs de jeunesse comme les répétitions nombreuses ont été gommées. Le style est allègre, le récit amusant, pour ne pas dire loufoque. C’est un plaisir pour moi d’avoir intégré ce titre dans la collection, dans la catégorie e-ros & bagatelle.

La publication était décidée quand Jean Claude Thibaud m’a annoncé qu’il venait de remporter pour une autre nouvelle le premier prix Jules Laforgue. « C’est peu de choses », m’a-t-il confié. Or, c’est pour moi la confirmation que nous avons vu juste, que d’autres que nous reconnaissent la qualité de son écriture et je suis particulièrement heureuse de l’obtention de ce prix, pour l’auteur et pour la collection.

Je ne peux que vous encourager à lire l’œuvre de Jean Claude Thibaud, celle présente et celle à venir.

La Résidante du palais, Jean Claude Thibaud, éd. Dominique Leroy, coll. e-ros & bagatelle, 1,49 € (en pdf, prc et ePub) sur http://dominiqueleroy.izibookstore.com/produit/132