Me faire dédicacer mes livres, j’adore ça. Voici la liste des dédicaces obtenues avec parfois quelques mots des auteurs.

Jaap de Boer

En plus de Betty Page reine des pin-up que Jaap me dédicace, l’auteur et dessinateur présente plusieurs volumes, dont Les Dessous de Betty Page, paru en 2011 en peu d’exemplaires. Jaap y raconte la vie de Betty, le volume est accompagné de photographies de la belle, il s’agit d’une édition bilingue franco-anglaise.

Betty, explique Jaap, est son « premier amour ». La jalousie d’une femme pour une femme de papier est incompréhensible, et il me confie qu’il a épousé la femme qui ne prenait pas ombrage de cette fascination pour Betty Page.

Betty Page a traversé les époques, elle est l’une des rares à ne s’être pas démodée. Elle est la femme la plus dessinée au monde, on compte entre 7 et 8000 dessinateurs qui s’en sont inspirés.

Jaap présente l’ancienne édition de Betty Page, actuellement épuisée, la nouvelle édition récente (éd. La Musardine) entièrement redessinée. Il me montre la dernière page notamment, l’évolution du dessin. Sur sa table, des albums de Natacha aussi. Au mur, des pin-up, certaines des ses illustrations sont exposées dans des galeries, ce n’est donc qu’un échantillon de son œuvre qu’il propose de regarder et d’acheter.

 

Françoise Rey

Ce sont deux volumes que je présente à Françoise Rey. Son dernier livre, L’Amour en marge, bien sûr, mais aussi un album illustré que j’avais aimé particulièrement, Le Château des femmes, volume épuisé à présent.

C’est donc naturellement à propos de ce volume que Françoise Rey m’a dit quelques mots : J. Terpand avait préalablement réalisé des illustrations et avait demandé à Françoise Rey, à partir d’elles, de composer un récit. Ce n’est qu’ensuite, après l’écriture, que J. Terpand a ajouté une ou deux illustrations, la démarche est donc double mais provient essentiellement de l’illustrateur.

L’Amour en marge a aussi une histoire particulière, le premier récit qui compose le volume, Loubards magnifiques, avait fait l’objet d’une publication antérieure dans un coffret de dix volumes consacrés aux chefs d’oeuvre de la littérature érotique. Or, les neuf autres volumes émanaient d’auteurs tombés dans le domaine public. Le coffret n’a pas été réédité. Françoise Rey a alors repris les droits concernant son texte mais ne savait qu’en faire. C. Barr, éd. La Musardine, était intéressé par un volume regroupant plusieurs nouvelles sur la même thématique. Mais Françoise Rey a eu l’idée de lier ces récits entre eux.

L’Amour en marge : Pour Stéphanie à qui je fais un énorme bisou complice.

Le Château des femmes

 

Marc Dannam

Paris sexy

Des idées pour venir nous voir à Paris. Amitiés.

Osez 52 scénarios de week-ends érotiques

 

Jean Claude Piquard

La Fabuleuse Histoire du clitoris

Stéphanie, pour de fabuleux… plaisirs. Juin 2012.

 

Françoise Simpère

Le Jeune homme au téléphone, Les Latitudes amoureuses, Ce qui trouble Lola

Pour Steph, en souhaitant que cette trilogie qui va crescendo attise crescendo ses désirs.

 

Marie Godard

Échanges virtuels

A Steph, à notre belle rencontre d’amitié qui se concrétise à Evian !

 

Vincenzo Cucca

Hot Charlotte

Un one-shot apparemment, snif, même si initialement trois volumes étaient envisagés. Tout dépend en somme des ventes… J’aurais envie de vous dire « achetez » pour que je puisse lire la suite, ça alors !

 

Agnès Giard

Le Sexe bizarre

J’avais oublié de prendre ce livre l’an passé. Ouf, je ne l’ai pas oublié cette fois-ci !

 

Anne Bert

Perle

Je n’avais ni lu ni reçu Perle au moment du premier salon d’Evian. Contente de l’avoir eu en main en ce deuxième salon !

 

Et… les livres que je n’avais pas sur moi !

Défense du poil de Stéphane Rose. Décidément, je n’arriverai jamais à avoir une dédicace sur ce livre. En novembre, je l’avais prêté et là, sûr, je devais le prendre, je l’avais mis de côté pour ça… A tel point qu’au moment de remplir mon sac de livres je ne savais plus où j’avais placé celui-là…

Je t’en supplie trompe-moi encore d’Eric Mouzat. La grosse erreur de ce salon : je ne pensais plus qu’Eric Mouzat devait venir. Or, j’aime beaucoup ce qu’écrit Eric Mouzat. Conclusion : aucune dédicace, zut !