Troisième volume graphique de la collection e-ros, Tatiana sous tous les regards est un des plus anciens projets puisqu’il a été initié dès le début de l’été 2011. Tout a commencé par un dysfonctionnement de ma messagerie instantanée Yahoo : alors que je suis constamment hors-ligne, la messagerie m’a placée momentanément en ligne, et en présence de Fabrizio Pasini avec qui j’avais été quelques mois plus tôt en contact.

Je connaissais Fabrizio comme dessinateur, notamment d’une bd, Axelle Parker, parue aux éditions Joker. La collection e-ros en était à ses débuts, j’avais l’idée de proposer des livres numériques associant textes et images. Je discute donc avec Fabrizio suite aux caprices de Yahoo et je lui propose de collaborer à la collection. Fabrizio m’a parlé d’une amie qui écrivait des textes autour du fétichisme. Il aurait aimé pouvoir illustrer de tels textes.

Cette amie, c’est l’auteure, Tatiana (que j’ai pu rencontrer au salon du livre érotique d’Evian). Tatiana Smirnov a imaginé se mettre en scène dans ses textes, avec ce côté rêveur de jeune femme étrangère éprise de Paris, un Paris fantasmé des années 50, dans un univers fetish-chic. Tatiana, en tant que personnage, déploie son aura de séductrice.

Le premier récit, Pluie, la met en scène dans la Bibliothèque nationale de France, le deuxième récit, Le Bonheur des dames, la pousse avec le vent près du pont d’Arcole, devant l’Hôtel de ville et dans les grands magasins. Une femme éprise de Tatiana dans chaque récit : la jeune secrétaire de la Bibliothèque dans Pluie et Marie avec laquelle elle avait eu précédemment une liaison que Tatiana croise par hasard et sur laquelle elle reprend de l’ascendant dans Le Bonheur des dames.

Ce sont deux récits sensuels pour lesquels Fabrizio a réalisé, pour chaque, trois très belles illustrations pleine page en couleurs.

Tatiana sous tous les regards, Tatiana Smirnov et Fabrizio Pasini, éditions Dominique Leroy, collection e-ros graphique, 1,99 €