C’était il y a quelques mois. Un courriel sur ma messagerie « officielle » d’une romancière que j’aurais dû connaître, dont j’aurais dû avoir lu l’œuvre. Or, ce n’était pas le cas. Nous avons échangé quelques courriels et Martine Roffinella m’a adressé un texte de 6000 signes destiné à l’appel à textes lancé pour le livre collectif Entre ses cordes. Ce texte, c’est Chienne de traîneau, et je l’ai adoré. Vous pourrez le lire bientôt puisqu’il paraîtra dans ce volume, Entre ses cordes, avec quatre textes d’autres auteurs, en octobre prochain dans la collection e-ros D/s.

La bibliographie de Martine Roffinella était impressionnante. J’ai lu Le Fouet, facile à trouver en collection de poche. J’en avais alors dit quelques mots sur ce blog. J’ai lu aussi un autre livre, non érotique. Un autre encore que j’ai trouvé extraordinaire. Mais entre temps, il y a eu deux autres envois pour la collection, dont un roman, Trois Jours de braise qui sera publié dans quelques jours dans la collection e-ros D/s, là aussi. Une sortie à surveiller si vous aimez les récits de domination…

Et parce que j’apprécie beaucoup ce qu’écrit Martine, je vous invite à surveiller aussi début 2013 les éditions Phébus qui publieront un autre roman, intimiste cette fois, Love n’est pas amour. Un livre auquel je souhaite le plus grand succès.

Ci-contre les premières de couverture des prochaines publications de Martine Roffinella (Entre ses cordes ne comportant bien sûr qu’une courte nouvelle de sa plume sur les cinq qui composent le livre).

Illustrations de la talentueuse Jahyra bien sûr !