Le recueil de nouvelles érotiques Osez 20 histoires de sexe sur Internet déroge à l’habituelle règle de soumission des tapuscrits puisqu’il a été conçu à partir de textes d’un concours organisé sur le site We love words. Vingt textes ont ainsi été sélectionnés pour figurer dans ce volume, qui offre de surcroît un extrait du prochain roman d’Octavie Delvaux (mais je n’y reviens pas, puisque j’avais déjà évoqué cela dans un précédent billet). Le concours sur We love words avait attiré un grand nombre de participants… qui ne savaient pas toujours correctement écrire, c’est le moins que l’on puisse dire. Je m’étais essayé à un peu de lecture sur le site, et avais vite renoncé, souhaitant bon courage au jury pour démêler le bon grain de l’ivraie…

Une exception : j’avais lu sur We love words le texte d’Anne Bert, Bonbon rose. Et j’ai pris plaisir à le relire dans ce recueil. C’est différent de ce qu’Anne Bert a pu précédemment écrire (comme son roman Perle) : nous sommes dans le sexe immédiat, sans cette correspondance avec la nature à laquelle l’auteure nous habitue dans d’autres écrits, mais le récit est plaisant, et on s’amuse à découvrir les termes du champ lexical du bonbon parsemés dans cette nouvelle.

Le recueil présente quelques bonnes surprises, comme la chute du premier texte, Ctrl + Q de Mathias Jambon-Puillet ou de La drague comme sur un fauteuil de Romuald Ward. Le triolisme dans sa version virtuelle me semble mieux traité dans Par l’oeil de la webcam de Sara Agnesi que dans La toile se lève de Noël Flantier. J’ai été déçue par Janus de Vincent Rieussec à cause de quelques incohérences, par L’étudiante d’Éponine Steinheil qui m’a semblé assez plat, de même que par Milla d’Ève Parillo. J’ai retrouvé un nom connu, ou plutôt un pseudonyme : L’avion rose, avec la dernière nouvelle du recueil, Le concours. Dommage que L’avion rose, avec qui j’avais été en contact il y a un an à présent, après avoir lu un long texte en ligne de cette auteure, ne m’ait finalement jamais envoyé de nouvelle pour ma collection…

Courriel, chat, sites de rencontres, webcam… Internet et tous ses possibles. Vingt nouvelles différentes les unes des autres, même si l’exhibition via webcam est récurrente dans ces textes. Des nouvelles de qualité inégale, pas le volume d’Osez 20 histoires de sexe que j’ai préféré.

Osez 20 histoires de sexe sur Internet, éd. La Musardine, coll. Osez 20 histoires de sexe, 8,20€

 

Pour les Parisiens : la soirée « We love sex », organisée à l’occasion de la sortie de ce livre, a lieu dans la librairie La Musardine le 25 septembre donc après-demain. Voir les informations ici : http://blog.lamusardine.com/?p=1029