J’adore Georges Pichard, dont j’ai lu jusqu’à présent un certain nombre de BD : plusieurs épisodes de Blanche Epiphanie, Madoline (tomes 1 et 2), L’enquêteuse. Dans ces derniers titres, des scènes de torture atroces, où des femmes sont écartelées…

La Comtesse rouge reste dans cette veine. Elle met en image et en mots la légende d’Erzsebeth Bathory, comtesse qui a vécu au XVIIe siècle et qui, pour rester éternellement jeune, se baignait dans le sang de ses victimes, des jeunes filles nobles entrées à son service.

Emmerich, qui idolâtre la comtesse, est spectateur des atrocités qu’elle commet, lorsqu’elle punit sauvagement toute maladresse et tout acte qui lui déplaît. Son ultime secret, le bain de sang, ne lui est révélé qu’avant l’emprisonnement de la comtesse.

La BD est une adaptation du texte de Sacher Masoch. Elle comprend une introduction de J-M. Lo Duca de trois pages, est en noir et blanc, avec une première et une quatrième de couverture en couleurs.

extrait de l’introduction :

Une très belle bande dessinée disponible en plusieurs formats numériques (je l’ai lue pour ma part en ePUB). A lire si l’extrême cruauté et les corps transpercés et saignés ne vous effraient pas.

 La Comtesse rouge, Geroges Pichard, éd. Dominique Leroy, coll. Vertiges bulles, 4,99€