Bruitages et musiques accompagnent la lecture de ces contes érotiques, adaptés et lus par Édith Montelle.

Il s’agit ou d‘un livre-audio sous forme de CD, intitulé Danse d’amour, qui comprend six pistes, ou d’un ensemble de livres audio mp3. Chaque conte peut être alors indépendant : il y a six livres-audio mp3 de 7 minutes à 13 minutes environ chacun.

 La Découverte de la caresse

Les femmes sourient de bonheur et d’extase sous la caresse de Vent du sud. Pour le vaincre, il faut découvrir ce que seul sait faire naître Vent du sud. Texte sensuel.

 La Danseuse arc-en-ciel

Que fait cette jeune fille la nuit pour user ainsi une paire de chaussures ? Ses soupirants tentent de percer le mystère mais aucun n’y parvient, car ils ne peuvent la suivre, terrassés par le sommeil. Aidé d’une vieille femme qui lui donne un attribut magique, un meunier tente sa chance. Une scène sensuelle brève, sans plus.

 Le Doigt dans le pot de miel

Il y a fort longtemps, le pays des femmes et celui des hommes était séparé par un fleuve. Tout homme qui le franchissait se faisait tuer par les femmes, et réciproquement. Un homme plus rusé que les autres apporte du miel. L’acte charnel ne serait-il pas aussi délicieux que le miel sucré et parfumé ?

extrait du catalogue des éditions Grinalbert :

Comment l’esprit vient aux jeunes filles

Un jeune homme ne trouve pas de travail. Un propriétaire terrien a trop de travail pour lui seul, mais ne peut pas engager un ouvrier car sa fille s’évanouit à chaque gros mot proféré et les ouvriers en disent trop. Pour ne pas citer les mots du sexe (ce serait des gros mots?), des métaphores sont utilisées…

 Tokkotogn

Il s’agit d’un conte coréen amusant. Deux veuves, la maîtresse et sa servante, se servent allègrement d’aubergines, jour et nuit, comme de godemichés. Les aubergines, habituées à ces mouvements, se meuvent ensuite seules, répondant à l’appel des femmes… ou de toute autre personne qui les hèlent.

Eurynomé

Légende de la création du monde, par l’union d’une femme dansant sur les vagues et de celui qu’elle a ainsi séduit.

 Le conte que j’ai préféré est Tokkotogn, alerte, gaillard, amusant. La morale qui la conclut n’est pas pudibonde : le plaisir de chacun ne regarde que lui, on ne peut le condamner. C’est d’ailleurs via ce conte coréen que j’ai eu connaissance de l’existence de ces différents contes des éditions Grinalbert. Je réalisais une newsletter pour la librairie Enfer sur le thème de la littérature asiatique, ai trouvé la référence de ce conte et j’ai ainsi contacté la maison d’édition pour pouvoir l’écouter avant de rédiger quelques lignes à son propos. Les éditions Grinalbert m’ont de fait adressé l’ensemble des enregistrements et une documentation que vous pouvez retrouver en partie ici.

Certains contes sont plus sensuels qu’érotiques. C’est le cas d’Eurynomé ou de La Découverte de la caresse. D’autres sont assez plaisants, mais me semblent encore moins relever de l’érotisme. Certains sont assez poétiques, c’est le cas d’Eurynomé. Il s’agit réellement de contes, c’est à dire qu’un personnage passe d’un état à un autre : le meunier devient seigneur, la jeune fille malade est guérie,… Une conclusion, une morale, est soit donnée soit déduite.

Le travail d’association de la voix, des bruitages et de la musique est réussi. Les lectures sont très expressives.

Danse d’amour, contes érotiques, adaptation et lecture d’Édith Montelle, éd. Grinalbert, CD ou audio-book