Je m’étonnais, lorsque les trois derniers titres érotiques des éditions L’ivre-Book sont parus, qu’avec Isa, été 93, vendu 0,99€, figurent deux titres à prix moindre. A présent que ces deux titres ont pris place sur ma liseuse, j’en comprends la cause : ces textes sont en effet particulièrement courts. Dix pages pour Piano de Julie Derussy dont je viens de terminer la lecture. Pas une nouvelle à proprement parler : il s’agit d’une plutôt d’un fragment, d’une scène érotique. On pourrait y compter trois personnages. Un homme et une femme, une situation courante donc, et puis… un piano. Il joue sur le piano, elle en est jalouse. Ne peut-il pas jouer sur elle ? Elle ne peut ravir qu’un peu de temps et d’intérêt. Ensuite, bien sûr, le piano reprend sa place, toute la place.

Ce récit m’a frustrée, parce que, même si le texte est joli, il est vraiment extrêmement court – trop pour moi. Sa qualité principale est son tempo : c’est une musique que cherche à nous faire entendre l’auteur à travers son écriture et le rythme des phrases.

Piano, Julie Derussy, éd. L’ivre-Book, coll. L’ivre des Sens, 0,49€