Texte très dense, Francesca est le récit de pratiques, de réflexions, d’explications, de descriptions, une immersion dans les pensées qui s’accumulent d’une femme mariée, une Française qui se prostitue à Madrid. Les phrases sont souvent assez longues, parfois alambiquées. Le rythme est effréné : aucune pause, on a l’impression de lire en apnée. (Heureusement, ce texte est court : 22 pages.)

La fin surprend parce qu’elle suspend le texte, n’en offre pas de conclusion.

Deux courtes citations :

« Nous n’étions pas très professionnelles, pour des putes ! »

« Tu ne peux pas sucer des voyous à genoux dans des w.-c. de café et t’étonner ensuite d’avoir des morpions. »

Présentation de l’éditeur : « Retrouvé dans une cave lors d’un déménagement, ce récit dactylographié raconte à la première personne une expérience de prostitution, à Madrid, dans les années 70. La jeune femme mêle souvenirs crus et réflexions sociologiques. Un chef-d’œuvre littéraire inconnu. »

Francesca, Récit d’une prostituée, Anonyme, éditions Sous la cape, 0€, ePub avec DRM (voir ici notamment : https://www.bookeenstore.com/fr/ebook/9782868072221/francesa-recit-d-une-prostituee-anonyme-du-xxe-siecle)