Jon Blackfox était passé sur le groupe facebook « auteurs érotiques » pour annoncer la publication de sa deuxième nouvelle chez Orgazmatrix. Comme je ne connaissais ni l’auteur, ni cet organisme, je suis allée voir…

Le site tout d’abord : Orgazmatrix se définit comme un « label littéraire indépendant. Romans, textes et nouvelles érotiques et pornos, au format numérique (ebook) » Plus d’infos suivent sur une autre page :

« Le fonctionnement d’Orgazmatrix s’approche de celui des labels musicaux indépendants, dans une réunion d’écrivains libres de leurs choix, tous titulaires de leurs droits d’auteur et utilisant les plateformes d’autoédition pour publier leurs textes. Cette organisation nous permet de centraliser la diffusion des livres dans une optique de collections et de mutualiser les savoir-faire (relecture, correction, composition de maquette…) pour offrir une qualité proche de celle d’une maison d’édition “classique”, avec un contenu 100% indépendant. »

En réalité, comme j’ai lu un des titres proposés gratuitement, je ne suis pas d’accord avec cette formulation d’une « qualité proche de celle d’une maison d’édition », qu’il s’agisse de problèmes orthographiques ou stylistiques. Cependant, j’ai sélectionné le premier texte publié et j’imagine qu’avec le temps et quelques personnes compétentes le rendu devrait être meilleur qu’il ne l’est pour l’instant.

Deux collections existent, l’une qui comprend des textes et des romans (ou plutôt un seul actuellement), Sensations électives. La deuxième collection, nommée Quick sex est dédiée aux textes courts gratuits. C’est dans cette collection que j’ai téléchargé la nouvelle Drôle de jeu. Un texte de 21 pages sur ma liseuse.

drole-de-jeuJ’ai apprécié la couverture, schématique, très claire, rose vif et blanche.

Le texte de Drôle de jeu nous entraîne dans un cluedo débridé où les personnages se toisent, s’embrochent et se lèchent dans des pièces d’une demeure cossue. L’idée est intéressante et offre de nombreuses confrontations sexuelles possibles. Malheureusement il manque une trame narrative, un but à atteindre, une tension vers une fin. Des maladresses de style (répétitions de « et », phrases confuses où le sujet se perd au milieu de compléments apposés – parfois non reliés au sujet et qui supposent un sujet différent) rendent la lecture bien moins agréable qu’elle n’aurait dû l’être. Une bonne idée, qui aurait mérité une relecture attentive et un travail de réécriture.

Drôle de jeu, Jon Blackfox, éd. Orgazmatrix, téléchargement gratuit