histoires-cul-oncle-zagueUne fille trop facile, première aventure de l’oncle Zague, est une petite histoire simple : une rencontre, une coupe de champagne bue dans un hôtel luxueux, un détour dans une chambre (c’est un euphémisme), puis la séparation. Enfin non, pas que ça, il y a une chute amusante. L’oncle Zague est là pour nous raconter ses expériences, qu’elles soient ou non glorieuses.

Les dessins sont en noir et blanc (seule la couverture est en couleurs), les figures géométriques m’y semblent importantes (le paysage urbain avec sa perspective, la cabine téléphonique, le miroir de la chambre), un trait noir détache les personnages de leur environnement, les textes dans les bulles sont très lisibles et la mise en page classique : il est rare qu’un dessin chevauche une autre case. Une grande partie de la BD est consacrée à la scène de sexe à l’hôtel : les positions sont enchaînées, l’inévitable fellation, la sodomie finale. C’est assez porno, sans l’être trop. Peu de gros plans anatomiques et l’éjaculation n’est pas montrée. Plusieurs scènes montrent le couple enlacé ou qui s’embrasse.

J’aurais aimé une histoire légèrement plus complexe, mais il est vrai qu’en vingt pages environ (couvertures, page de titre, etc. compris) il est difficile de corser l’intrigue. C’est une BD qui est là pour distraire quelques minutes. Pour émoustiller. La mise en situation est cependant plus longue que dans certaines BD pornographiques.
On se doute un peu de la fin, le procédé n’est pas d’une grande originalité, mais c’est plaisant de voir l’oncle Zague conclure l’histoire, comme si une leçon pouvait en être tirée. Laquelle cependant ? Ne recommencerait-il pas, même en connaissant les aboutissants ?

Les Histoires de cul de l’oncle Zague, Une fille trop facile, Axterdam, feuilleton numérique pour le site BD-adultes, 2,49€