Nuits-IndiennesSi j’ai acheté cette BD, il y a quelques jours, en flânant dans une librairie, c’est pour ses illustrations que je trouve splendides. Peut-être aussi parce que le personnage en premier plan, sur la couverture, est une femme rousse ? La pie voleuse a en effet énormément de charme… Je n’avais pas réalisé alors que la BD était légèrement érotique.

Deux noms : Labrémure et Artoupan, le premier pour le scénario et le deuxième pour les dessins et la mise en couleur. Nuits indiennes a été publié en mars 2015. Il s’agit d’une histoire de vengeance : le vol d’un diamant afin que son propriétaire perde son honneur. Seulement, il y a aussi beaucoup de sexe dans ce récit, des dessins assez explicites comme celui de cet homme que rien ne fait bander, jusqu’à l’exploit auquel est parvenu la belle rousse.

Tout commence dans une maison close où deux homosexuels se rendent pour cacher leur relation. La femme du préfet tente de violer un de ces hommes, Léon, point de départ véritable de cette histoire aux multiples rebondissements, puisque Léon est accusé de tentative de viol alors qu’il tentait de s’échapper de l’emprise de cette femme. Il sera condamné.

En ce début du XXe siècle, la mode est à l’Orient, le personnage du gourou indien porte un nom que l’on prononce par commodité Kama Sutra et les substances qu’il répand autour de lui provoquent des scènes d’orgie. La femme du préfet, dans sa demeure de Capri, aime les fêtes extravagantes. La nuit indienne sera celle où Léon, allié à la pie voleuse, tentera de voler le diamant du préfet…

On ne s’attend pas aux rebondissements finals, et c’est tant mieux !

Une BD que j’ai beaucoup aimée.

Nuits indiennes, Labrémure et Artoupan, éd. Clair de Lune