julia-olsonLes éditions Dynamite rééditent en un volume de 144 pages intitulé Julia les trois BD d’Olson ayant pour personnage-phare Julie, prénommée ensuite Julia.

Fille de la campagne, Julia en a assez de travailler à la ferme, elle se rend en ville pour passer du bon temps. Seulement…. kidnappée, violée, elle se retrouve contrainte de satisfaire tous les hommes qui passent à sa portée et parfois aussi des femmes, sous les ordres du Major. La BD ne serait qu’un récit de viol à répétition si Julie-Julia n’aimait pas profondément le sexe et ne jouissait pas de toutes ses aventures. Elle finit d’ailleurs par apprécier suffisamment son rôle de pute (le mot est omniprésent) pour consentir à poursuivre ces « missions » (et ainsi se termine le troisième tome). Malgré cela, elle cherche durant ces trois tomes à s’enfuir, ce qui lui vaut d’être livrée en pâture à de nombreux hommes (pour ne pas changer) et à être sévèrement corrigée.

olson

Le premier tome a lieu en partie sur une île de rêve mais aussi sur un bateau avec un homme grassement obèse, deuxième tome est une aventure écossaise avec un lord au monocle et d’affreuses créatures dignes d’une cour des miracles entre autres, le troisième se déroule surtout à Venise puis sur un bateau. On peut souligner que les femmes sont parfois très peu tendres entre elles et que si l’amitié de circonstance est possible, l’animosité n’en existe pas moins. Les hommes sont quasiment tous des brutes, dotés de verges longues et larges le plus souvent.

Les visages extatiques de Julia valent le détour, ainsi que de très beaux dessins de décors. Je ne connaissais pas encore Olson, j’apprécie beaucoup son trait.

olson2

Julia, Olson, éd. Dynamite, coll. Outrage King Size, 15€ (publication le 19 mai 2016 en version papier et numérique)