De corps et d'âme, Théo KosmaJ’ai téléchargé plusieurs textes sur ma liseuse, il y a déjà un certain temps. Parmi ceux-ci, plusieurs nouvelles ou romans de Théo Kosma. L’auteur m’en avait en effet adressé un grand nombre. Parmi ses textes, j’ai choisi de lire De corps et d’âme. Pour commencer, du moins.

L’eBook De corps et d’âme s’étend sur 50 pages environ, mais cela comprend un long extrait d’une autre œuvre de l’auteur. Le texte est donc assez rapide à lire, ce qui est un avantage pour moi en ce moment qui ne souhaite pas m’engager dans un gros volume – j’ai déjà Les Grandes Espérances de Dickens pour cela, 400 pages lues et encore beaucoup à lire.

J’admire une chose dans ce texte : l’originalité. Dans une nouvelle de cet auteur que j’avais précédemment lue, il était question d’érotisme et de magie. Dans ce texte-ci, d’érotisme toujours, mais aussi de spiritisme. Deux univers différents cohabitent dans ces textes.

Je ne vais pas résumer l’histoire, la notice du livre suffit pour s’en former une idée. Il est question de deuil, de la dernière visite d’une âme errante. On devine sans peine la fin du récit, la découverte que fait Sandrine. C’était couru d’avance. Je ne dis pas ça en mal, c’était prévisible parce qu’il faut que la nouvelle propose une pirouette finale, c’est un passage obligé, et on comprend bien en amont ce qu’il va se passer.

Le texte est bien écrit. Je trouve fréquemment chez des auteurs contemporains de petites maladresses d’écriture, je n’y peux rien, il y a toujours quelque chose qui me saute aux yeux. C’est le cas dans ce texte, mais c’est très léger : le texte est agréable à lire.

De corps et d’âme, Théo Kosma (disponible sur Amazon, Kobo et Google play, plus d’informations sur cette page du site de l’auteur : http://plume-interdite.com/les-livres/)