Hommes à vendre ou Locations pour femmes de Marika MoreskiHommes à vendre ? En réalité, ils sont prostitués par des proxénètes femmes, un couple de lesbiennes. Ces deux femmes ont découvert la domination suite à un viol qu’elle ont subi. Leur haine des hommes s’est changée en volonté de les asservir tous, qu’ils soient réellement masochistes ou qu’ils soient totalement récalcitrants à les servir.

Marika Moreski, auteure, se met en scène dans ce récit et endosse le rôle d’auditrice – même si bien sûr, elle participe parfois aux sévices infligés aux esclaves et aux étreintes prodiguées par ses deux nouvelles amies. Nous découvrons ainsi le florissant commerce qui se cache sous l’enseigne ‘ »esthetic shop », son mécène, ses clientes, ses esclaves. Le récit est enjoué, tout semble si naturel que l’on regrette presque de ne pas avoir d’esclave repose-pieds au fond de son lit. Il est conseillé de dormir les jambes un peu surélevées, n’est-ce pas ?

Marika Moreski (je parle du personnage du récit, tel qu’il s’exprime) a une opinion divergente de ses amies sur le sado-masochisme : l’homme est voué à servir les femmes, mais seuls ceux qui en ont conscience l’intéressent. Peu importe les autres, ils l’indiffèrent. Si bien qu’elle ne contraint pas par la force ceux qui n’ont aucun penchant pour la soumission. A l’opposé des deux propriétaires de l’esthetic shop. De même, le fait de vouloir dominer est un trait de caractère et n’est pas issu d’un désir de vengeance.

Hommes à vendre ou Locations privées pour femmes est un récit d’une petite centaine de pages, découpé en chapitres. Il possède une composition soignée : les récits des uns et des autres alternent avec l’expérimentation personnelle de telle ou telle situation. On passe ainsi d’une petite histoire à l’autre tandis qu’une trame plus large réunit l’ensemble.

L’humour est moins présent que dans d’autres écrits de Marika Moreski et comme c’est un trait que j’apprécie particulièrement chez l’auteure, je trouve ce texte-ci un peu moins bon que d’autres. Hommes à vendre n’en reste pas moins d’une lecture divertissante.

Hommes à vendre ou Locations privées pour femmes, Marika Moreski, éd. Dominique Leroy, coll. Le septième rayon, 5,49 € l’eBook jusqu’au 14 avril (prix de lancement), puis 6,99€

[Un titre qui trouve place dans le challenge Littérature LGBT de Livraddict]