Chevauchements, Gourmandises, La Résidante du palais, L'Oiseau des pluiesGourmandises est un texte érotique court de Jean Claude Thibaud que l’auteur a fait paraître dans un recueil papier intitulé Chevauchements et autres nouvelles érotiques.

Chevauchements n’est pas un titre inconnu pour ceux qui suivent ce blog. Il s’agit en effet d’une délicieuse novella publiée sous forme d’eBook aux éditions Dominique Leroy. Les autres nouvelles érotiques de Jean Claude Thibaud figurent aussi sous forme de livre numérique, chez la même maison d’édition.

(Voir ici les quelques mots que j’ai écrits sur La Résidante du palais et sur L’Oiseau des pluies)

Seul ce texte, Gourmandises, n’avait pas paru sous ce format. A présent, tous les textes érotiques de l’auteur (au nombre de quatre) figurent dans ce livre papier auto-édité que Jean Claude m’a gentiment adressé.

Gourmandises est pour moi une relecture car j’avais pu lire le manuscrit, il y a longtemps déjà.

Gourmandises est un texte qui regroupe passage narratif et descriptif – l’Irlande et ses paysages y figurent en bonne part, rappelons que l’auteur vit en Irlande – et des lettres de tel personnage à tel autre (il y a une similitude avec d’autres textes de l’auteur dans cette composition). Chevaunn (prénom gaélique, équivalent de Jeanne), Julien et Fabienne, tels sont les trois personnages principaux de cette historie. Fabienne est l’amie et la confidente de Chevaunn, une amie qui n’a pas peur des mots et du sexe. Un passage la considère ainsi comme personnage principal d’une scène érotique. Chevaunn, guide touristique, cherche l’amour d’un homme. Julien, peintre, aimerait trouver une compagne à laquelle adresser une longue lettre poétique et érotique qu’il compose en attendant de trouver la bonne personne. La rencontre aura lieu entre ces deux-là.

La plume de Jean Claude Thibaud peut être crue, mais elle est surtout travaillée. Le texte est beau. Il est, comme souvent chez cet auteur, parsemé de références littéraires, poétiques surtout, mais aussi musicales et picturales.

Une citation, prise page 100 :

Au jour de la première rencontre, j’entends la rencontre ne se situant pas entre deux portes, mais celle qui exalte, comment formuler les bonnes questions sans passer pour un goujat ? Comment dire à l’autre, celle qui sera près de moi demain, dans huit jours ou dans un mois, six mois, les mots que je ne voudrais délivrer qu’à elle ? Comment les recevrait-elle s’ils étaient tout à la fois de douceur et de crudité ?

Chevauchements et autres nouvelles érotiques, Jean Claude Thibaud, livre papier en auto-édition, 15€