L'épicière novella érotique de ChocolatCannelleJ’ai récemment bouclé l’écriture d’une novella érotique commencée il y a fort longtemps et à laquelle je tiens particulièrement : L’Épicière.

Je dirais que ce texte se place dans la lignée, entre autres, de Nathalie et ses bonnes œuvres et d’Orgie au château de Bonpré. Pour mieux en juger, je vous propose ici un extrait de cette novella érotique.

*

(Martha et Bertrand sont en couple, Jessica est la meilleure amie de Martha.)

Extrait de L’Épicière, novella érotique :

Lorsque Bertrand arriva, la surprise fut de taille. Jessica attendait nue, en travers du lit. La jeune femme jeta négligemment un coup d’œil à l’homme de Martha. Un peu pataud. Pour une fois cependant, il ferait l’affaire. Quant à Martha, elle s’était immédiatement empressée, voulant afficher par là, sans doute, qu’il était sa propriété. Elle semblait vouloir danser un slow avec lui. Elle avait passé ses bras autour de son cou et frottait son pubis renflé contre l’entrejambe de son homme. Ainsi tenu, Bertrand risquait de perdre l’équilibre. Il avança cahin-caha jusqu’au lit sur lequel il se laissa tomber. Jessica lui baissa promptement son falzar et le monta à cru, devançant Martha, qui se trouva désœuvrée. Comment tirer parti d’un trio composé d’un seul élément masculin ? En sollicitant la langue du mâle ! Martha s’installa à son tour à califourchon sur Bertrand, mais cibla sa bouche et y écrasa sa vulve. Bertrand, pris en étau par ces deux femelles, ne put que se plier à leurs envies.
Fichtre ! Cette Martha, vers quels excès l’entraînait-elle ? Et qui était l’autre ? C’était quand même plutôt rare qu’une femme qu’il ne connût ni d’Eve ni d’Adam se jetât sur lui sans sommation. Il avait l’impression que ces deux harpies le violaient. La brune inconnue coulissait le long de son manche, de plus en plus vite. Elle se contorsionnait, le buste en l’arrière, la tête révulsée. Enfin, ça, c’était ce que Bertrand imaginait, parce que Martha, en réalité, lui cachait la vue. Tout ce qu’il pouvait distinguer était son pubis recouvert de poils. Il en avait jusque dans le nez, qui lui donnaient envie d’éternuer.
Écrire le sexe, c’est n’évoquer jamais que le bon côté des choses. Remarquez les hyperboles, les exagérations de toutes sortes qui parsèment les textes érotiques. Toutes les mains sont expertes, toutes les langues habiles. C’est d’un tel ennui en définitive ! Tout est si propre et merveilleux ! Les personnages n’ont ni crampe, ni panne érectile. Personne ne se gratte, ne pète, n’éternue. Un geste ou un bruit mal venu réduirait à néant tous les efforts de l’auteur pour rendre son texte excitant. C’est pourquoi, bien qu’il fût tout à fait plausible que Bertrand éternuât, l’auteure refuse de compromettre l’attrait qu’exercerait son histoire avec une réaction aussi triviale.
Bertrand n’éternua pas. Il réussit on ne sait comment à respirer et à faire monter Martha aux rideaux. Martha, Jessica et Bertrand jouirent en même temps, magistralement. Fin du trio. Tous trois restèrent un moment allongés, vidés de toute énergie.
— Martha, dit Jessica, tu pourrais peut-être nous présenter ?
Après l’égaiement, le retour aux convenances.
— Heureux de faire votre connaissance, dit galamment Bertrand lorsque Martha nomma Jessica.
Bertrand n’était pas bel homme, mais il avait des manières.

L’Épicière, novella érotique, ChocolatCannelle, eBook en auto-édition
Pour lire le début et la fin de ce texte érotique, il suffit de se rendre sur Smashwords (LIEN ICI) et de le télécharger pour 1,99 USD (soit 1,60€ au cours actuel) au format de votre choix (PDF, ePUB ou Mobi/Kindle).
Lien de téléchargement sur iTunes, lien de téléchargement sur Kobo,  lien de téléchargement Fnac

Bandeau de L'Epicière, novella érotique de ChocolatCannelle