Inguinis 2 Les Corps de RomeRappelez-vous, j’avais lu le premier tome d’Inguinis, cette BD pornographique, historique, qui mettait en scène une enquête pour meurtre menée par Artémis, une sculptrice grecque, maîtresse d’un ancien gladiateur affranchi, payé pour participer à des orgies et assassiner sur commande. Le deuxième tome, qui conclut la série, vient de paraître aux éditions Tabou. Il s’intitule Les Corps de Rome.

Le scénario m’a parfois embrouillée et je regrette que le soin apporté aux corps et aux visages sur la première de couverture ne se soit pas aussi porté aussi minutieusement tout au long de la BD elle-même : certains visages (exemple, celui d’Artémis, dans la dernière vignette de la page VII) ou même certaines attitudes corporelles semblent trop figées. Autre remarque négative : l’arrière plan est parfois inexistant, il s’agit d’un simple aplat de couleur (comme à la page VIII par exemple) et je trouve ça dommage.

On peut cependant apprécier le dessin des musculatures – qui est absolument remarquable ! – et des postures sexuelles. Et aussi certaines expressions des visages, car certaines vignettes me semblent – en contradiction avec ce que je notais ci-dessus – particulièrement réussies. Je pense au vieux forgeron par exemple, sur la planche de la page XXVII.

Beaucoup de scènes de sexe dans cette BD Inguinis 2, Les Corps de Rome, des scènes explicites, entre des personnages principaux ou entre figurants (comme lors d’une scène d’orgie aux tons rougeoyants en bas de page XXXII qui offre un fort contraste avec la scène précédente, faite de tristesse et de solitude en bleu). Je notais pour le premier tome qu’un peu plus de finesse serait la bienvenue, plus d’enrobage autour du sexe et surtout que ces scènes paraissent plus naturelles, moins des passages obligés. Je l’ai moins ressenti avec ce tome, qui laisse une place assez conséquente tout de même aux ressentis d’Artémis.

Le développement de l’enquête est sans doute un peu succinct, un peu rapide, on trouve un peu trop facilement la preuve d’une culpabilité.

Inguinis (L’Esclave du Panthéon + Les Corps de Rome) n’est pas une BD que j’ai vraiment aimée, j’en suis assez frustrée car l’idée de lire une BD érotico-pornographique qui se déroule dans la Rome Antique et qui propose de plus une enquête m’avait emballée. J’avais trop d’attentes sans doute pour être pleinement satisfaite du résultat.

Un extrait à lire ICI

Inguinis, tome 2, Les Corps de Rome, scénario de Katia Even, dessins de Nicolas Guenet, éd. Tabou, 15€